Sellsy lève des fonds et prévoit de se développer à l’international

sellsy levée de fonds international développement recrutement

Sellsy, entreprise qui développe une solution en ligne de gestion commerciale, vient de finaliser une levée de fonds à hauteur de 7 millions d’euros. C’est le troisième tour de table de Sellsy, société rochelaise fondée par Alain Mevellec et Frédéric Coulais en 2009. Sellsy est membre du Club Commerce Connecté.

L’idée était alors de créer un logiciel cloud modulable qui permettrait de gérer le cycle client en agrégeant applications et outils des entreprises : CRM, facturation, gestion de projet, support client, suivi des achats, etc.

« Sellsy est une solution cloud qui permet de piloter l’ensemble du cycle client au sein d’une entreprise« , explique Frédéric Coulais, cofondateur de l’entreprise. « C’est une solution SaaS transversale, elle permet au sein d’une même entreprise d’avoir différents services qui collaborent ensemble« .

Aujourd’hui, plus de 15 000 utilisateurs et 3 200 entreprises sont clientes de la société rochelaise. Via sa solution cloud, plus d’un milliard d’euros de factures ont été payés. D’ailleurs, selon un classement au Financial Times (mai 2017), « c’est l’une des entreprises ayant enregistré la plus forte croissance en Europe. Sur 1000 entreprises répertoriées, Sellsy est 158ème avec une croissance du chiffre d’affaires de 736 % entre 2012 et 2015« .

Sellsy compte accélérer, grâce à cette levée de fonds, son développement international et soutenir sa croissance. « On va mettre beaucoup plus de moyens sur la recherche et développement. Ce qui fait la croissance et l’ADN de Sellsy, c’est l’innovation« , assure Frédéric Coulais. « On va déployer notre solution à l’international. Nous avons déjà 10 % de nos clients en dehors de des frontières françaises. Nous allons renforcer cette position avec l’ouverture d’un premier bureau européen« .

L’entreprise compte 50 salariés, à La Rochelle et à Paris. 30 collaborateurs pourraient rejoindre l’équipe française et une quinzaine d’autres pour l’international. Le développement international justement, pourrait se traduire par l’ouverture d’un bureau européen en Irlande ou au Royaume-Uni.

via L’Usine Digitale & FrenchWeb