A Marmande, les commerces doivent s’adapter pour ne pas disparaître

Image-SudOuest-Commerce-Marmande-Adaptation-Numerique

Les commerces sont l’un des piliers de la politique de redynamisation de la ville. Leur pérennité dépend de la diversification et l’adaptation de leur offre.

Malheureusement Marmande n’échappe pas à la tendance de fond des villes moyennes de province : désertification des petites rues commerçantes au profit des grands centres commerciaux.

Les commerçants souffrent d’une fréquentation qui s’est effondrée. Certains pensent même à quitter le centre-ville et s’installer ailleurs. Gilles Barde, le président de l’Association des commerçants, estime que ceux-là ont tort, « personne ne trouvera une solution tout seul dans son coin. Maire, commerçants, organismes consulaires : il faut fédérer les intelligences ».

Pour attirer les clients à nouveau, l’homme estime que le centre-ville manque de services comme le retrait d’achats faits sur Internet en boutique, changer les horaires d’ouverture et, surtout, ne pas chercher à imiter la périphérie.
Par ailleurs, la Mairie tente des appels du pied au numérique, notamment avec l’application pour smartphone Marmande Avenue (une carte de fidélité numérique). Elle met du temps à s’imposer. « Nous avons dû affranchir les commerçants au numérique, explique Philippe Labardin, premier adjoint à l’économie locale. Ça prend du temps, mais c’est indispensable. » Aujourd’hui, l’application est utilisée par 40 boutiques sur les 250 du centre-ville. « Elle n’est pas assez connue, reconnaît Gilles Barde. » Une « market place » sur Internet est également à l’étude.