Analyse de Gérard Spatafora sur le commerce du vin sur internet

Gérard Spatafora, ici dans l’entrepôt girondin où sont préparées les commandes des clients du site (qui propose nombre de vins étrangers), travaille depuis vingt ans dans le Net.

Photo Stéphane Lartigue

Franco-canadien installé à Bordeaux, membre du Club Commerce Connecté et à la tête de grandsvins-privés.com, Gérard Spatafora livre son analyse du secteur de la vente de vins sur internet et explique les bouleversements à attendre en 2017.

Après avoir fait fleurir le site Millesima.fr, en 2015, il a pris la tête de grandsvins-privés.com. Spécialiste de ventes privées de vins choisis par des experts. L’entreprise a été acquise par Carrefour au travers de sa filiale viticole basée à Bordeaux, Maison Johanes Boubée.

Les bureaux de Gérard Spatafora sont installés depuis peu à dans le quartier des Bassins à Flot, à Bordeaux. Il dirige sept collaborateurs dont un chef de produit acheteur, un webmarketeur, une responsable de contenu, une responsable administrative et data, un manager e-commerce, une chargée de relations clients et un manager marketing internet.

« Cavistes du net, nous proposons de nombreux vins « découvertes », de Bordeaux (50 % de l’offre) mais aussi d’autres vignobles (30 %) et de l’étranger (20 %). Nous sommes avant tout une caisse de résonance des petits producteurs et des marques« , explique-t-il. Selon lui, être « bon » sur le net exige 3 conditions principales : avoir une logistique irréprochable, un bon approvisionnement et maîtriser les techniques du web.

Même s’il est encore loin des géants de la vente de vin sur internet, grandsvins-privés.com reste compétitif. En effet, le fait de faire partie de la stratégie de Carrefour sur le net lui ouvre des portes pour son développement.
« Nous avons jusqu’à fin 2018, soit un plan sur trois ans, pour prouver que ça marche. Et après, pourquoi ne pas être présent dans le monde entier, dans le sillage de notre actionnaire  ?« .
À condition aussi de tenir face à la « bourrasque » qu’il prédit pour le courant de cette année 2017.

La tornade à laquelle il fait allusion c’est l’arrivée programmée de l’application Vivino, une véritable révolution dans le secteur. Celle-ci est née au Danemark, a été expatriée à San Francisco et compte déjà 22 millions de membres, dont 1,2 million en France. Très facile d’utilisation, elle permet à l’usager de photographier l’étiquette du vin dégusté pour obtenir une grande quantité d’informations sur ce vin.

via Sud Ouest