Cybertek, PME bordelaise grandit et gagne des marchés

xavier-sourroubille-a-cofonde-cybertek-en-1996-qui-compte-aujourdhui-80-salaries

Créée en 1996, Cybertek est une PME bordelaise qui grandit et gagne des marchés. Avec ses 80 salariés, ses fondateurs, Xavier Sourroubille et Laurent Chancholle, réussissent à faire trembler les géants du web. A tel point qu’ils préfèrent les avoir en tant qu’amis qu’ennemis. En 2004, Microsoft a même reconnu Cybertek comme meilleur intégrateur de PC. Sa qualité d’assemblage de PC et l’expertise de ses vendeurs lui ont également permis de faire de sa filiale Picanta le grossiste de grands comptes comme Cdiscount, qui est par ailleurs membre du Club Commerce Connecté.

Après avoir ouvert des magasins à Bordeaux, Cybertek s’est étendue dans le territoire français avec une vingtaine de magasins, « de Brest à Bayonne, jusqu’à Toulon« . L’e-commerce est certes en pleine expansion, la marque continue d’ouvrir des magasins : deux boutiques ont ouvert leurs portes en 2017, à Poitiers et dans l’Essonne. plus d’un millions d’euros a même été investi pour rénover l’intérieur des magasins.

En parallèle, l’e-commerce n’est pas laissé pour compte. En effet, le site vitrine de Cybertek est devenu un site e-commerce. Le business online est ainsi passé de 8% du chiffre d’affaires à 48% en un an.

L’activité de grossiste décolle également. Elle pesait 11 millions d’euros sur un chiffre d’affaires à 41 millions en 2017. « Et nous avons une forte marge de progression« , souligne Xavier Sourroubille. En effet, Cybertek a élargi son offre et ne vend plus seulement des PC mais aussi des ordinateurs portables, tablettes et Netbooks pour Schneider France. Par ailleurs, Cybertek assemble désormais tous les ordinateurs destinés aux joueurs, clients des 235 magasins français Boulanger.

Tout cela pourrait faire décoller le chiffre d’affaires à 80 millions d’euros dans les deux années à venir et lui permettent de recruter deux personnes entre 2018 et 2019. « Nous recherchons des développeurs, des logisticiens, des commerciaux pour l’export, mais aussi des techniciens pour le service après-vente« , précise Xavier Sourroubille.

via Sud Ouest