Les commerçants de Saint-Jean-de-Luz vendent via internet

achetez-saint-jean-de-luz-vente-locale-site-web-internet-collectif

Depuis mi-avril 2017, les premières formations aux commerçants luziens inscrits sur le site collectif achetezasaintjeandeluz.fr, initié par la nouvelle structure municipale « Saint-Jean-de-Luz Animations commerces événements ».

Pour 20€HT/mois, ce site internet financé par la ville de Saint-Jean-de-Luz permet aux entreprises d’exister efficacement sur internet (présence Google optimisée, magasins « connectés », chèque cadeau local, animations commerciales).

Les futurs candidats de Saint-Jean-de-Luz qui souhaiteront participer au site seront formés à entrer les articles de leurs boutiques physiques dans les pages virtuelles avec les descriptions adéquates, les prix et la localisation des produits.

Marie Chapelle est depuis 2012 salariée de l’Office de commerce de l’agglomération du Puy-en-Velay, association pionnière en France des plateformes Acheteza.com. C’est elle qui forme ceux qui vont former par la suite les commerçants à l’utilisation de la plateforme.
Elle précise que « l’objectif de la plateforme est de montrer qu’on existe et ce qu’on a dans son commerce. Cela ne va pas révolutionner le chiffre d’affaires, mais augmenter la fréquentation. Aujourd’hui, si vous n’êtes pas sur Internet, vous n’êtes plus dans le processus d’achat du client. Même s’il vient dans votre magasin, il va aussi sur Internet et risque de vous oublier et d’aller chercher ailleurs. Et comme créer son propre site coûte un bras« .

Pour « poster » un article sur le site de ventes locales de Saint-Jean-de-Luz, cinq étapes sont nécessaires : le choix du rayon, la gestion des livraisons, la description, la déclinaison des attributs et le choix de la photo représentant le produit. Une fois le coup de main pris, ces étapes sont, à priori, très rapides à effectuer.

Certains commerçants de Saint-Jean-de-Luz, moins habitués à l’utilisation d’internet, risquent de trouver le procédé complexe voire chronophage. « Au Puy, les commerçants râlent toujours du manque de temps, et se plaignent aussi de n’avoir personne dans leurs boutiques. Je leur réponds que cela leur laisse du temps pour créer des articles !« , reprend Marie Chapelle. « Ici, il semble y avoir un problème plus marqué de circulation et de stationnement. La plateforme pourra être un vrai service apporté par les commerçants locaux à leurs clients, qui pourront voir ce qui se trouve en boutique, avant de venir essayer ou chercher le produit« .

L’adhésion est fixée à 20€ HT par mois plus 5% de commission sur les ventes.

via Sud Ouest