Les centres commerciaux face à l’élection présidentielle

centres-commerciaux-livre-blanc-CNCC-election-presidentielle

Le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) a publié un livre blanc en format vidéo pour rappeler aux candidats à l’élection présidentielle le poids économique représenté par son secteur.

La filière des centres commerciaux englobe les propriétaires, bailleurs, commerçants occupant les locaux et leurs partenaires. Dans son livre blanc, le CNCC a fait passer ses messages. En parallèle, ses représentants sont allés sur le terrain afin d’appuyer son discours.

Ainsi, le 17 mars dernier, Gontran Thüring, délégué général du CNCC est venu à Bordeaux pour rencontrer les représentants des centres commerciaux de la Région.

Chiffres à l’appui, « Les centres commerciaux, au nombre de 806 en France, représentent 36 000 commerces, 3,2 milliards de visites par an, 126 milliards de chiffre d’affaires (soit 5 % du PIB), 15 milliards d’investissement et surtout 450 000 emplois (soit 26 % des emplois du commerce de détail) et 25,5 milliards de taxes et d’impôts par an« , la filière des centres commerciaux a une grande importance dans le secteur du commerce.

Les centres commerciaux sont amenés à s’implanter de plus en plus en centre-ville (32% des projets) et, l’exemple pris pour ce type d’infrastructure n’est autre que la Promenade Sainte-Catherine, à Bordeaux.
Ce nouveau type d’espace a l’avantage d’utiliser toute la surface disponible en y installant des bureaux, des logements ou encore des restaurants.

Tout comme le nouveau manifeste rédigé par le Conseil du Commerce de France présenté à Paris le 21 mars dernier et débattu par des représentants des candidats à l’élection présidentielle, le CNCC a fait sa « liste de courses » auprès des candidats :

  • un ministère de plein exercice,
  • une simplification administrative et juridique,
  • une meilleure coopération entre privé et public,
  • la substitution au bail commercial d’un contrat librement négocié,
  • des mesures environnementales « incitatives » plutôt que « punitives »,
  • une fiscalité équitable et allégée,
  • une flexibilité dans les contrats de travail

via Sud Ouest