aston-ecole-informatique-paris

SQLI ouvre Aston, école informatique qui formera les futurs profils techniques

Aston, filiale de SQLI, membre du CCC, va ouvrir une école informatique à Bordeaux, gratuite pour les étudiants en alternance. La première promotion devrait compter une quarantaine d’élèves pour commencer.

Selon la directrice de l’école Aston, Corinne Combes, il y a trop peu de profils techniques pour beaucoup d’offres. Et elle n’est pas la seule à faire ce constat. En effet, la pénurie de ces profils s’est fait sentir pour la plupart des entreprises du numérique ou qui cherchent à se transformer.

« Mais la pénurie est telle que certains choisissent de refuser des clients, d’autres de surpayer, sans compter qu’un développeur part rarement seul et amène avec lui souvent une partie de son équipe… ce qui tend encore plus le marché« .

Pour éviter ces tensions et de se retrouver sans « talent » à recruter, SQLI a décidé de créer une école de formation aux métiers de l’informatique, filiale à 100 %, Aston. Deux campus existent déjà à Paris et Lille et forment 1.400 étudiants.

« Aston n’est pas l’université, ni une école d’ingénieurs à 10.000 € l’année, ni une formation qui propose de devenir codeur en quelques mois, énumère Corinne Combes. Nous nous positionnons en complément de ce qui existe déjà avec des formations gratuites pour les étudiants, qui sont tous en alternance, sans frais administratifs, sans frais de gestion. L’objectif n’est pas de profiter de la tension du marché, parce qu’on veut être encore là demain, quand ce marché sera détendu« .

L’école Aston propose des formations aux personnes motivées, qui veulent apprendre un métier mais aussi « apprendre à apprendre ». En effet, les évolutions rapides de la technologie font que ce dernier aspect de la formation est mis en avant afin de donner les clés aux personnes de continuer à se former elles-mêmes.

Le campus bordelais ouvrira ses portes pour la rentrée prochaine et proposera 2 formations niveau Bac+4 chacune. L’une sera orientée développement et l’autre infrastructures informatiques.

via La Tribune