Loisirs Enchères lève 4 millions d’euros pour continuer à se développer

loisirs enchères levee de fonds bordeaux

Loisirs Enchères, startup bordelaise spécialisée dans la vente de packs de vacances et de loisirs aux enchères, a annoncé avoir levé 4 millions d’euros.

Créé en 2014, le site compte aujourd’hui 650.000 membres et plus de 1.200 partenaires en France et à l’étranger. Son modèle est calqué sur un concept développé aux Pays-Bas : les internautes en recherche de loisirs (activité sportive, bien-être, restaurant, etc.) ou de vacances peuvent avoir accès à des services en remportant des enchères.

Ainsi, l’internaute qui aura placé l’enchère la plus haute sur un « produit » le remporte, à condition que le prix minimum fixé en amont avec le partenaire ait été atteint.
En effet, le but est que les participants ne perdent pas d’argent en vendant à perte. Son intérêt est d’optimiser son taux de remplissage en faisant des concessions sur les prix. L’internaute, lui, apprécie le concept à la limite de la gamification.

En 4 ans, Loisirs Enchères a bien évolué : en avril dernier, Thomas Boisserie, fondateur de la société, a cédé sa place à Frédéric Bonfils, recruté en tant que Directeur Général.

Souhaitant accélérer la startup bordelaise, le nouveau DG a réussi un tour de table auprès de Bpifrance, Galia Gestion, GSO Innovation et le Crédit agricole Aquitaine Expansion.
« L’expertise de Bpifrance dans le tourisme et son réseau sont très intéressants pour nous, précise Frédéric Bonfils. Le fait d’avoir à nos côtés des investisseurs de Nouvelle-Aquitaine est également important. Tous ont identifié l’énorme potentiel de développement de Loisirs Enchères : nous sommes les seuls en France sur ce modèle attractif d’enchères, qui plus est avec un modèle déjà éprouvé aux Pays-Bas« .

En plus de vouloir couvrir l’ensemble du territoire français, Loisirs Enchères a pour ambition de développer des partenariats dans d’autres catégories de loisirs et de vacances. « L’Ile-de-France, mais aussi toutes les autres régions françaises, sont prioritaires« .

Aujourd’hui, 29 personnes s’activent autour de ces objectifs. D’ici la fin de l’année 2019, le DG Frédéric Bonfils prévoit de doubler ses effectifs : des commerciaux, des développeurs, des planificateurs d’enchères et des spécialistes en marketing digital pourraient rejoindre l’équipe.

Loisirs Enchères a également décidé de diversifier ses revenus en lançant des box cadeaux. Elles démarrent fort et le lancement de produits physiques dédiés à l’univers du loisir est à l’étude.

via La Tribune