Yoyo aide les Villes à trier les bouteilles en plastique

yoyo recyclage villes bordeaux lyon bons réduction cinéma

Yoyo, entreprise bordelaise née en 2017 et membre du Club Commerce Connecté, aide les villes à rattraper leur retard en matière de tri du plastique. En effet, malgré le fait qu’elles soient facilement recyclables, les bouteilles en plastique, récoltées par les trieurs de Yoyo, sont encore très mal triées dans les centres urbains denses. Ainsi, « moins de 55% des bouteilles de boissons mises sur le marché en France sont triées, contre plus de 90% dans les pays nordiques« . Dans les villes, ce taux frôle la catastrophe : « seule une bouteille sur dix finit dans la poubelle de tri » selon Citeo, organisme en charge des emballages ménagers.

C’est à cette problématique que la startup Yoyo s’attaque. Elle a pour but d’améliorer le recyclage des bouteilles en plastique en ville.

Selon Eric Brac de La Perrière, ancien Directeur Général de Eco-emballages et fondateur de Yoyo, la startup est « née du désir de ce dernier « d’agir plus vite », en contournant l’inertie des entreprises dont peu vont plus loin du simple paiement d’une éco-taxe« .

Ainsi, Yoyo est positionnée comme intermédiaire entre les consommateurs et les collectivités locales « auxquelles elle vend ses prestations, et promet d’affiner le maillage territorial et l’efficacité du tri« . Des coachs locaux (gardiens d’immeubles, responsables de magasins, citoyens…) distribuent des sacs de tri et les collectent lorsqu’ils sont remplis. Ce système basé sur le relationnel permet aux trieurs et aux coachs des se sentir inclus dans une « communauté de l’écologie positive« .

Les trieurs sont incités à trier via un crédit de points gagnés à chaque sac rempli. Grâce à des partenariats, ils peuvent convertir ces points en réductions, bons d’achat, places de concert ou de cinéma, etc.
Chaque trieur peut suivre le cheminement des bouteilles envoyées au recyclage grâce à un numéro inscrit sur les sacs.

Yoyo se charge de la vente des bouteilles aux recycleurs et les envoie directement par La Poste. Les recettes de ces ventes sont reversées aux collectivités locales qui, « au bout de deux ans, peuvent retrouver un revenu positif » et donc rembourser la prestation payée à la startup, assure Yoyo.

La startup a déjà un partenariat avec les villes de Lyon et de Bordeaux.

via La Tribune