JeChange, la startup devenue PME

emmanuel-macron-chez-jechange-a-agen gael duval

Gaël Duval, PDG fondateur de JeChange, a récemment accueilli dans ses bureaux d’Agen le Président Emmanuel Macron et en a profité pour annoncer que ses futurs bureaux seraient conçus par Jean Nouvel, architecte natif du Lot-et-Garonne et lauréat du prix Pritzker en 2008.

Après un début du mois de mars intense, le fondateur de JeChange répond aux questions de La Tribune à propos de l’histoire de la PME agenaise.

Dans l’interview, il revient sur les tournants de l’histoire de JeChange, entreprise spécialisée dans la réduction des factures courantes et des changements de contrats d’énergie, télécoms, crédit, assurances, etc. Gaël Duval explique que c’est grâce à sa « phobie administrative » qu’il a eu l’idée de créer JeChange. L’entreprise qui a pour but de faciliter les changements de fournisseurs de contrats aux particuliers n’a jamais pu finaliser sa première et seule levée de fonds. Alors 100% indépendante, JeChange a racheté DSLvalley et nommé Philippe Goold Directeur Général de la PME agenaise.

L’entreprise est alors devenue « le porte-drapeau d’un modèle de développement territorial où l’enjeu est de faire rayonner la transformation numérique le plus largement possible dans notre écosystème« .
Autre fait marquant aux yeux de Gaël Duval dans la vie de JeChange, « l’entrée d’Ardian au capital nous a fait passer de startup tendance PME à PME future ETI« .

Le but, lorsque Ardian est entré au capital, n’était pas de devenir une licorne ni même de grandir très (trop) vite. Cette réflexion a été menée par Gaël Duval et ce n’est pas faute d’avoir eu des propositions de fonds d’investissement. « Ce n’est pas grave de faire une boîte qui ne fait « que » 100 millions d’euros de chiffre d’affaires ! Une PME, c’est une startup qui a réussi, et ce sont ces PME qui font le vrai tissu économique« .

Il n’empêche que si l’entreprise a pu décoller c’est grâce notamment au fait d’être présents sur trois sites, Agen, Bordeaux et Paris et aux équipes pluridisciplinaires sur chacune des villes. C’est aussi grâce à l’internationalisation qui s’est faite via le rachat de KillMyBill qui lui permettent d’être présent en Espagne et en Belgique. C’est aussi « accepter que la vitesse d’exécution est ralentie avec des effectifs plus nombreux. La croissance et le développement ne permettent pas de piloter de la même manière qu’aux débuts, ce n’est pas vrai« .

Pour autant, Gaël Duval reconnaît des échecs et ratés dans la croissance de JeChange. « Je regrette ne pas être allé assez vite sur le sujet de l’assurance auto. On n’a pas été assez bons et le marché s’est durci avec des acteurs rapidement trop gros pour être sérieusement challengés« .

via La Tribune